Pornic

Déambulation autour de l’église de Ste-Marie

« Déambulation » du PornicMag #132, p. 16-17

SAINTE-MARIE SUR MER

L’église au milieu du village

RESTAURATION. L’édifice a succédé à une petite église romane autour de laquelle tout le bourg s’est bâti. Les travaux de restauration qui ont démarré en janvier donnent l’occasion de le placer sous le feu des projecteurs.

Elle a été consacrée en 1869, mais le clocher n’a été terminé qu’en 1884. “On doit cette église à Eugène Boismen, explique Pierluigi Pericolo, architecte du patrimoine. C’était un architecte nantais connu et important qui a réalisé beaucoup d’églises en Loire-Atlantique. Il a également participé à la construction du musée Dobrée et repris les travaux de la cathédrale de Nantes en 1859.

Néogothique

Pour Sainte-Marie, Eugène Boismen a adopté le style néogothique très en vogue en Loire-Inférieure dans la deuxième moitié du XIXe siècle. “Elle est construite sur une hauteur et elle domine le paysage depuis la mer, reprend l’architecte. C’est un bâtiment en pierre de taille, très élancé avec son clocher de 47 mètres. Elle possède de beaux volumes intérieurs, avec des arcs brisés et des croisées d’ogives, des contreforts et des arcs-boutants à l’extérieur au niveau du chœur.” Les 42 vitraux forment un ensemble hétérogène de motifs géométriques, floraux ou losangés, certains sont d’origine, d’autres ont été refaits au début du XXe siècle.

Reconstruction obligatoire

 

L’église actuelle a remplacé un bâtiment beaucoup plus ancien dont l’origine remonte au Xe ou XIe siècle… Il s’agissait d’une petite église abbatiale de style roman avec un clocher râblé en pierre de taille. Au milieu du XIXe siècle, l’état du bâtiment, très mal entretenu, inquiétait. C’est ce qui avait conduit en 1865 à la réalisation de deux rapports, confiés par le curé du lieu à Eugène Boismen et par le préfet à l’architecte du Département, Gustave Bourgerel. “Elle est étroite, sombre et humide, elle ne reçoit la lumière que par trois petites fenêtres”, remarquait Eugène Boismen. Tous deux s’accordaient sur les murs lézardés “qui se détachent et menacent ruine” et concluaient à l’impossibilité d’une restauration. D’autant que le bâtiment n’était plus du tout adapté à la population. Gustave Bourgerel notait même qu’avec la mode naissante des bains de mer, un grand nombre de “maisons de plaisance” allaient être construites, développant encore la taille du bourg.

Héritage abbatial

Si d’aucuns regrettent la disparition de ce vestige du passé, on comprend l’empressement d’alors à construire une église plus moderne et plus spacieuse. Il reste que l’ancienne a profondément marqué le bourg. Contrairement à l’usage médiéval, Sainte-Marie ne s’est pas développée près d’un château mais autour d’une abbaye fondée au XIe siècle sur les bases d’un prieuré. C’est elle qui permit à ce bourg de grandir loin des grands ports de l’époque. L’église abbatiale devint celle de la paroisse et l’abbaye se confondit vite avec le bourg. Mais au fil des siècles et des conflits d’influence, l’abbaye déclina et les moines finirent par abandonner les lieux. Les bâtiments conventuels à l’emplacement de la cure actuelle et des jardins – l’emprise de l’abbaye représentait avec l’église et le cimetière un bon tiers de la surface du bourg – seront démolis à la fin du XVIIIe siècle.

Dans les règles de l’art

La restauration d’un bâtiment aussi emblématique se doit d’être conforme et respectueuse du patrimoine. Elle s’effectue donc dans le respect des pratiques anciennes et avec les mêmes matériaux qu’à l’époque. “Nous allons restaurer tous les ouvrages en pierre de taille, clocher, contreforts, arcs-boutants, en remplaçant les pierres cassées. Les enduits au ciment vont être remplacés par des enduits en chaux naturelle et mortier de sable”, précise Pierluigi Pericolo. La toiture doit aussi être totalement refaite et les vitraux entièrement restaurés. Le chantier doit s’achever pour Noël prochain. Tous les corps de métiers interviennent donc simultanément et le site va rester en activité pendant toute la durée des travaux.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×