Pornic

Un patrimoine remarquable

Couché de soleil sur le Château

Pornic riche d’un passé médiéval, maritime et balnéaire possède un formidable patrimoine.

Des traces d’occupation ancienne

dolmen de la Joselière

Parmi les plus anciens vestiges attestant d’une occupation humaine, on peut encore admirer plusieurs mégalithes sur la commune. Les plus connus sont le tumulus des Mousseaux ainsi que les dolmens de la Joselière et du Prédaire, tous trois classés Monuments Historiques.

Une place forte au Moyen-Âge

Château depuis le jardin de Retz

C’est à l’époque médiévale que le château a été érigé (sa physionomie actuelle relève de travaux de la toute fin du XIXè siècle) et que s’est développée une petite cité ceinte de remparts. Ils sont aujourd’hui peu visibles mais leur tracé reste perceptible notamment grâce à la rue de la Douve qui en constitue le versant nord.

Un port de commerce et de pêche

Vieux port

L’implantation de la cité sur un amas rocheux dans le cadre privilégié d’une Ria a favorisé le développement des activités maritimes et portuaires. Si les anciens moulins à marée ont disparu de même que les chattes, chaloupes et autres goélettes, le port accueille toujours de vieux gréments entretenus par l’association Coques en Bois. Quelques nobles maisons d’armateurs et de capitaines permettent de mesurer la richesse qu’a pu engendrer le commerce maritime au XVIIIè et XIXè siècle.

Enfin, le lien avec le canal de Haute Perche aujourd’hui valorisé par la promenade paysagée de la Ria constituait une importante liaison fluviale pour le commerce avec l’intérieur des terres.

Une cité balnéaire

Gourmalon

S’il est un patrimoine particulièrement présent à Pornic c’est bien celui lié au développement du tourisme balnéaire. Dès les années 1830, la cité fut une destination privilégiée des « étrangers » (parisiens, nantais, angevins) grâce à ses sources d’eau ferrugineuse et à ses plages propices aux bains de mer. L’arrivée de ces villégiateurs a engendré la construction d’infrastructures pour les accueillir (établissement des bains, cabines de plage, casinos). Les plus fortunés se construisent de somptueuses demeures le long de la côte entre la plage du château et celle de la Noëveillard.

L’arrivée du chemin de fer ne fit qu’amplifier cet élan. Après la Noëveillard, c’est le quartier de Gourmalon qui se couvre progressivement de villas aux styles éclectiques.

Un patrimoine rural en rétro-littoral

La densité du patrimoine balnéaire ne saurait nous faire oublier l’importance du monde rural notamment sur le territoire des anciennes communes du Clion et de Sainte-Marie. Quelques demeures nobles, sièges d’anciennes seigneuries parsèment le territoire (la Tocnaye, les Brefs, la Jarrie…). Des métayers et fermiers dépendaient de ces seigneurs. Ils vivaient dans des fermes isolées ou regroupés dans de modestes villages. Les traces de cette société rurale de l’Ancien Régime ressurgissent au travers d’anciens corps de fermes et de leurs bâtiments d’exploitations (granges, soue à cochons, forges) dont bon nombre sont aujourd’hui réhabilités. Enfin la commune possède plus de 80 calvaires et d’innombrables puits, autant de traces des modes de vie passé que l’on se doit de conserver.

Un Site patrimonial remarquable

Le service Patrimoine a pour mission de veiller à la protection et à la valorisation des patrimoines (bâti, naturel et immatériel). La mise en place d’un Site patrimonial remarquable (SPR) est à l’étude et la révision du PLU doit prendre en compte ce souci de préservation des traces du passé. Des actions de sensibilisation aux patrimoines sont régulièrement proposées à la population (visites guidées, ateliers pour les scolaires, conférences…).

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×